top of page
logo-R2 (15) (1).png
  • LinkedIn

Les « Top » et les « Flop » de la balance commerciale agroalimentaire

Selon le rapport France AgriMer, sur les performances à l’export des filières françaises, le pays maintient son 6e rang d’exportateur mondial de produits agricoles et agroalimentaires, avec 4,5 % de part de marché. Mais les résultats, selon les produits sont très disparates et la performance fragile.



La France a exporté pour 76,6 milliards d’euros de produits agricoles et alimentaires entre juillet 2021 et juin 2022, selon un récent rapport publié par FranceAgriMer.

La palme de l’exportation revient à la filière des vins et spiritueux. En effet, sur les 76,6 milliards d’euros à l’export pour les produits agricoles et alimentaires, 18,46 milliards reviennent à ce fleuron de l’économie française. Qui importe, en parallèle moins de 3 milliards d’euros.

Autre champion de l’export, l’épicerie, avec plus de 10 milliards d’euros exportés. Paradoxalement, c’est également cette branche qui détient la palme de l’importation : plus de 15 milliards d’euros. Ce qui en fait l’un des produits les plus importés.



Le même constat est fait pour la viande et les produits carnés, ainsi que pour le lait et les produits laitiers. Ils figurent, certes, dans le top 5 des produits les plus exportés. Et dans le même top, côté importation. Cela représente, pour la viande, 20 % des besoins en viande de gros bovins, essentiellement destinés à la restauration dite « hors foyer », selon l’analyse du magazine spécialisé « Réussir ». A noter que, à l’export, c’est aussi grâce à la hausse des prix que cette part augmente.


Concernant le lait, quatre litres sur 10 sont exportés. Même si le solde en équivalent « litres » reste positif, la France en importe tout de même 5,2 milliards. Soit l’équivalent de 22 % de la collecte, selon la filière laitière française. Cela dit, les exportations, en valeur, n’ont cessé de croître depuis 2019, toujours selon le rapport de la filière paru en 2022.


Toutes valeurs confondues, la France reste donc à la 6e place d’exportateur mondial. Elle est le 9e pays fournisseurs de produits bruts et le 4e pour les produits transformés. La majorité de ses échanges (55%) se fait en direction de l’Union européenne : l’Allemagne est le premier client de la France.



Là où la situation est plus tendue, c’est sur les fruits et légumes. C’est, après l’épicerie, le second poste des importations. Et la filière, cette fois, ne figure pas dans le top 5 des exportations. Même si la France reste le premier pays producteur agricole en Europe. Certes, une partie des produits importés ne peut être cultivés sur place : café ; litchis, ananas, par exemple.

Mais quid des tomates, pêches, fraises et autres concombres ? Pour 3,5 millions de tonnes cultivés, la France importe 2,1 millions de tonnes de produits dit tempérés (non exotiques).

Les causes mises en avant par les filières professionnelles : des surfaces cultivables insuffisantes et une compétitivité mise à mal par des charges de plus en plus importantes, qu’elles soient salariales ou liées à l’augmentation du coût des transports, de l’énergie, notamment pour les serristes.


Selon le journal Les Echos, du 20 janvier 2022, le déficit de la balance commerciale en fruits et légumes à explosé de +374 % en 15 ans. Aujourd’hui, la balance commerciale de l’agroalimentaire tient par les vins et spiritueux. Pour combien de temps ?

14 vues0 commentaire

© 2022 MTI International - Créé par Strat&Comm

Nous contacter

09 72 29 43 06

Bureau

9 route de Clermont

43 100 Cohade

Siège social

5 lotissement les Vergers

43230 Couteuges

Suivre le blog

bottom of page