top of page
logo-R2 (15) (1).png
  • LinkedIn

Le secteur agroalimentaire à l’épreuve de la transformation digitale.

La transition numérique bouleverse nos modes de vies et de travail, imposant une mutation profonde dans les différents secteurs de l’économie. L’agroalimentaire, jadis dominé par des méthodes traditionnelles, est désormais confronté à un monde ou la digitalisation est non seulement souhaitée, mais essentielle pour rester compétitif.


Si la digitalisation promet une efficacité accrue, une meilleure traçabilité des produits et une expérience client optimisé, elle entraîne également sont lot de défis. Au-delà de la menace omniprésente de la cybersécurité, la transformation numérique dans l’agroalimentaire met en lumière d’autres contraintes, telles que l’adaptabilité des équipes, les investissements matériels et immatériels nécessaires, ainsi que la restructuration des modèles d’affaires traditionnels.


Cette transition numérique, se traduisant par une adoption croissance des technologies, pose également la question fondamentale de l’équilibre entre innovation et sécurité. A l’heure ou chaque aspect de la chaîne de valeur agroalimentaire peut être optimisé pour la technologie - de la production agricole grâce à l’agriculture de précision, jusqu’à la relation client via des plateformes e-commerce – il est essentiel de se demander comment garantir une transformation digitale qui valorise les entreprises sans compromettre leur sécurité ni celle de leurs consommateurs.


La promesse de la digitalisation dans l’agroalimentaire


À la lumière de divers scandales sanitaires ces dernières années, la vigilance des consommateurs concernant leur alimentation s'est renforcée. Aujourd'hui, se nourrir ne répond pas seulement à un besoin primaire, mais est également un choix délibéré, guidé par des préoccupations de santé et de sécurité. Bien que l’adage d'Hippocrate,"Que l'alimentation soit ta première médecine et l'aliment ton médicament » soit encore loin d’être une réalité dominante dans nos modes de vie, l'intérêt pour l'origine des produits, les méthodes de production et leur impact environnemental est en constante augmentation.


Face à cet enjeu, les outils numériques se sont présentés comme des alliés précieux pour l’industrie agroalimentaire, permettant de garantir la transparence de l’information.


Une des grandes avancées est la traçabilité des produits, qui a été considérablement améliorée grâce à des technologies telles que la blockchain et l'Internet des Objets (IoT). Historiquement utilisée pour les crypto-monnaies, la blockchain sert désormais de registre transparent et inviolable pour toute la chaîne de production agroalimentaire. De l'agriculteur au distributeur, chaque étape est enregistrée de manière transparente et immuable. Parallèlement, l'IoT, à travers des capteurs placés à différentes étapes, recueille des données en temps réel, telles que la température de stockage ou la localisation géographique, garantissant ainsi la qualité et la fraîcheur des produits.


L'optimisation de la chaîne d'approvisionnement est une autre révolution apportée par la digitalisation. Dans une industrie où la gestion de l'inventaire est essentielle, l'analytique et l'intelligence artificielle sont devenues des outils incontournables pour prévoir la demande. En se basant sur des tendances historiques ou des événements saisonniers, les entreprises peuvent désormais ajuster leurs stocks de manière efficace, réduisant ainsi le gaspillage et améliorant leurs marges.


Enfin, l'expérience client a également été transformée par la digitalisation. Les consommateurs d'aujourd'hui bénéficient d'une expérience d'achat plus fluide, informative et personnalisée grâce aux plates-formes numériques. Ces plateformes, grâce à leur capacité d'analyse des données, peuvent suggérer des produits basés sur les préférences antérieures des clients. L'idée de scanner un produit avec un smartphone pour recevoir immédiatement des recettes suggérées ou des informations sur son origine est désormais une réalité.


Ainsi, si la digitalisation offre des perspectives enthousiasmantes, elle exige aussi des entreprises qu'elles soient suffisamment agiles, bien financées et structurées pour naviguer dans cet environnement complexe et en tirer le meilleur parti.



Les défis de la digitalisation


Alors que la digitalisation ouvre un vaste éventail de possibilités dans l'agroalimentaire, elle apporte également son lot de défis que les entreprises doivent affronter pour naviguer avec succès dans cette nouvelle ère.


Face à la transformation digitale, le défi majeur réside dans l'adaptabilité à l’humain au changement. Cette transition dépasse largement la simple acquisition de compétences technologiques. Beaucoup, enracinés dans des méthodes conventionnelles, manifestent des réticences. Un accompagnement et une formation rigoureuse sont donc vitales pour transmettre compétences techniques et culture d'innovation. Investir dans la formation de chaque individu crée un cercle vertueux pour l'entreprise : la digitalisation devient alors un enjeu autant individuel que collectif.


Le défi financier est tout aussi prépondérant. La mise en œuvre de nouvelles technologies représente souvent un investissement important en termes de coûts initiaux. Les entreprises doivent alors peser ces coûts par rapport aux bénéfices attendus. Trouver un équilibre entre les investissements réalisés et le retour sur investissement (ROI) attendu devient une tâche délicate. Il s'agit non seulement d'investir dans la technologie elle-même, mais aussi dans la recherche, le développement, la formation et parfois même dans l'infrastructure pour soutenir cette technologie.


Enfin, la restructuration des modèles d'affaires est peut-être l'un des aspects les plus complexes de la digitalisation. L'évolution vers des modèles d'entreprise plus agiles nécessite une remise en question profonde des méthodes traditionnelles. Là où les entreprises étaient autrefois centrées sur le produit, elles sont aujourd'hui de plus en plus axées sur le client. Cela implique une plus grande réactivité aux feedbacks des consommateurs, une capacité à pivoter rapidement en fonction des demandes du marché, et une volonté d'innover constamment pour répondre aux besoins changeants des clients.


En somme, si la digitalisation offre des opportunités sans précédent pour l'agroalimentaire, elle exige également une profonde introspection et une volonté de changer. Pour celles qui relèvent le défi, les récompenses peuvent être immenses, mais la route vers la transformation numérique est sans aucun doute jalonnée de défis à surmonter.



La double lame de la digitalisation : la question de la cybersécurité


L'avènement des technologies telles que l'Internet des Objets (IoT) et la prolifération des systèmes interconnectés évoqués plus haut, rendent les chaînes d'approvisionnement et les infrastructures plus vulnérables aux cyberattaques. La violation des données opérationnelles et des secrets industriels peuvent compromettre la compétitivité d'une entreprise. Des recettes secrètes aux procédures de fabrication, en passant par les données sur les fournisseurs et les clients, la protection de ces informations est cruciale pour le succès à long terme.

Au cours des dernières années, la montée en puissance des cyberattaques a impacté de nombreux secteurs industriels, y compris certains des plus grands noms de l'agroalimentaire. Cette tendance souligne la vulnérabilité croissante des entreprises face à la menace digitale et l'importance de renforcer leur infrastructure de sécurité.*


La firme JBS, considérée comme l'une des figures de proue de la transformation de viande à l'échelle mondiale, en est un parfait exemple. En 2021, elle a subi une attaque par rançongiciel d'une envergure telle qu'elle a entraîné une perturbation massive de ses activités. Cette attaque a non seulement eu des répercussions sur la société elle-même, mais a également affecté la chaîne d'approvisionnement mondiale de viande, témoignant de la portée potentielle de tels incidents.


De même, 2021 a été une année noire pour Molson Coors. Cette grande brasserie a vu ses opérations de brassage et de livraison paralysées à la suite d'une cyberattaque, montrant que même les industries que l'on pourrait considérer comme moins « technologiques » ne sont pas à l'abri.


Mais l'agroalimentaire européen n'est pas en reste. Le Groupe Avril, bien connu pour ses marques phares telles que Lesieur et Costa d'Oro, a également été la cible d'attaquants numériques.


Plus récemment, en 2023, la France a vu deux de ses acteurs majeurs de l'agroalimentaire touchés. Le CDPO, spécialiste du conditionnement des œufs, a dû interrompre ses opérations face à une menace cybernétique. De son côté, la coopérative Bretonne EUREDEN, l'un des piliers coopératifs du pays, a également connu des perturbations suite à une attaque.


Ces incidents rappellent l'importance de la cybersécurité pour les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs.


Un autre aspect primordial à ne pas négliger est la sauvegarde des données personnelles des consommateurs. À une époque où la prise de conscience concernant la confidentialité est plus présente que jamais, un incident de sécurité des données peut avoir des répercussions catastrophiques sur la confiance des consommateurs. De telles violations peuvent se manifester par une diminution du nombre de clients, des actions en justice et des pénalités réglementaires.


En somme, la transition numérique offre une multitude d'avantages à l'industrie agroalimentaire. Toutefois, il est impératif pour ces entreprises de mettre en avant et d'injecter des ressources dans une cybersécurité robuste. Bien plus que la simple sécurisation de leurs opérations, cela vise également à consolider la relation de confiance avec leurs consommateurs et partenaires. L'enjeu majeur est donc la capacité d'adaptation des entreprises agroalimentaires à cette évolution incontournable, garantissant ainsi une pérennité dans un environnement digitalisé.


Conclusion


La transformation digitale est une lame à double tranchant pour le secteur agroalimentaire. D'un côté, elle offre une myriade d'opportunités en termes d'efficacité, de traçabilité et d'expérience client, qui permettront sans aucun doute à ce secteur de s'adapter aux demandes croissantes du consommateur moderne et de rester compétitif sur le marché mondial. Les innovations technologiques promettent de transformer chaque maillon de la chaîne, de la ferme à la table du consommateur.


De l'autre côté, elle présente des défis importants, allant de l'adaptabilité des équipes et des modèles d'affaires à l'énorme responsabilité en matière de cybersécurité. Dans un monde de plus en plus connecté, où chaque dispositif peut devenir une porte d'entrée pour des acteurs malveillants, les entreprises doivent redoubler d'efforts pour protéger à la fois leurs actifs et les données de leurs consommateurs.


Il est donc impératif pour les acteurs de l'agroalimentaire d'aborder cette transition avec prudence, prévoyance et une volonté indéfectible d'innovation. Embrasser pleinement le numérique nécessite un équilibre délicat entre l'adoption rapide de nouvelles technologies et la mise en place de mécanismes de protection robustes. Seules les entreprises qui parviennent à maîtriser cet équilibre récolteront les fruits de la digitalisation tout en assurant la confiance et la sécurité de leurs consommateurs. Dans cette course à la digitalisation, l'anticipation, la formation et l'investissement constant dans la sécurité seront les maîtres-mots pour toute entreprise souhaitant prospérer à l'ère du numérique.

52 vues0 commentaire

コメント


© 2022 MTI International - Créé par Strat&Comm

Nous contacter

+33 (0)9 72 29 43 06

Bureau

9 route de Clermont

43 100 Cohade

Siège social

5 lotissement les Vergers

43230 Couteuges

Suivre le blog

bottom of page